La législation du logiciel libre.

, par  Hamid , popularité : 12%

Source : www.gnu.org

Le terme "open-source" vient du mouvement open source, une méthodologie de développement de logiciel qui encourage une diffusion plus large d’un code source.

L’article du Pogue exprime un sentiment louable même si tous les détails de l’article sont discutables ; nous avons besoin voter avec des machines dont nous pouvons avoir confiance et nous avons besoin d’elles avant de mettre le bulletin dans l’urne.

Le Sommet mondial de l’ONU sur la société de l’information (SMSI) est supposé élaborer des dispositifs pour résorber la « fracture numérique » et rendre Internet accessible à tout le monde sur Terre.

La Free Software Foundation (FSF), représentée par le Professeur Moglen de la Columbia University Law School, a participé au Groupe de travail sur la politique de brevet du W3 Consortium depuis novembre 2001 jusqu’à présent. La politique de brevet actuelle du W3C, qui dans la plupart des cas requiert des licences de brevets « libres de droits » (royalty-free ou RF), est une avancée importante dans le sens de la protection du Web contre les standards grevés par des brevets. Mais cela tourna court car une échappatoire autorise des conditions sur ces licences de brevet qui interdiraient la mise en œuvre des standards en tant que logiciels libres.

Une coalition de groupes de consommateurs et des libertés civiles s’oppose à une nouvelle proposition de directive pour un renforcement des sanctions pour la violation de droit d’auteur et de brevet :

- www.ipjustice.org

- www.researchoninnovation.org

Le second lien contient un texte de Boldrin et Levine intitulé « L’affaire contre la propriété intellectuelle ». Il plaide sur des fondements économiques que les auteurs peuvent faire de l’argent en vendant leur travail, même dans un monde où tout le monde peut copier.

Le GNU a été développé en 1984 en tant que campagne pour la liberté, dont le but était d’éliminer les logiciels non libres de nos vies. GNU est un ensemble de logiciels libres, signifiant que les utilisateurs sont libres de les utiliser, de les étudier et de les modifier (ou de payer des programmeurs pour le faire pour eux), les redistribuer (gratuitement ou contre rémunération) et de publier des versions modifiées.

Nous avons toujours les mêmes anciennes libertés en utilisant des livres papier. Mais si les livres électroniques remplacent les livres imprimés, cette exception ne sera que de peu de réconfort. Avec « l’encre électronique », qui rend possible le téléchargement d’un nouveau texte sur une feuille de papier apparemment imprimée, même les journaux pourraient devenir éphémères. Imaginez : plus de magasins de livres d’occasion ; plus de prêt de livre à un ami ; plus d’emprunt dans une bibliothèque publique ; plus de possibilité qui donnerait à quelqu’un une chance de lire sans payer. Et à en juger par les publicités pour Microsoft Reader, plus d’achat anonyme de livres.

Navigation

AgendaTous les événements

juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017